Tu es à couper le souffle.
Je préfère le dire d’entrée de jeu car s’il y a une chose que je souhaite te faire comprendre aujourd’hui c’est bien celle-là.
Tu es à couper le souffle.

 

Que l’on soit homme ou femme, la pression que nous faisons subir à notre corps est de plus en plus importante. On pense bien trop souvent devoir nous rapprocher d’idéaux inatteignables (ou atteignables de façon malsaine et destructrice) si l’on souhaite être aimés, désirés ou vus, basant ainsi notre valeur en tant que personne sur l’idée que se fait une autre personne de la beauté.

Nos parents nous l’ont pourtant rabâché lorsque nous étions petits « Les gouts et les couleurs ça ne se discute pas » ; « Il faut de tout pour faire un monde ». Avons-nous réellement compris le message ? Le comprenaient-ils eux même finalement ?

Au moment où j’écris ces lignes nous sommes sept milliards cinq-cent-soixante-quinze millions quatre-cent-vingt-trois mille neuf-cent-soixante-sept sur Terre.

7 575 423 967 corps.

 7 575 423 967 esprits.

 7 575 423 967 âmes uniques.

Relis-le encore une fois, juste pour le plaisir.

7 575 423 967 corps.

 7 575 423 967 esprits.

 7 575 423 967 âmes uniques. 7 575 423 967 individualités.

C’est puissant, non ? Je ne sais pas vous mais moi je me sens déjà mieux !

Ce n’est pas qu’un nombre, ce sont des gens ; des humains. Ressentez-en la profondeur. Ce sont au moins tout autant de désirs, de peines, de ressentis. Ce sont au moins tout autant de visions du monde. Comment pourrait-on alors penser qu’il n’y a qu’une seule façon d’être beau lorsque 7 575 423 967 individus ressentent et définissent la beauté selon leurs propres termes ?

« Les goûts et les couleurs ça ne se discute pas ». Non. Ça ne se discute pas car cela se ressent. Et « Il faut de tout pour faire un monde » tout simplement car il y a de tout. Grand, petit, élancé, rond, brun, noir, roux, grosse poitrine, petite poitrine, cheveux crépus ou lisses ; Quels que soient nos critères physiques, ils sont la définition de la beauté d’un certain groupe de personne. On admet très bien le fait qu’il existe différents types d’humour, différents partis politiques, différents caractères et que, bien que tous ne nous correspondent pas, ils correspondent à un certain groupe de personne. Dans cette idée, pourquoi avons-nous tant de mal à voir et à accepter le fait que nous sommes beaux ? Que nous le sommes de fait et que nous le sommes pour toutes les personnes qui nous correspondent réellement ? Que ce que nous sommes est, en fin de compte, largement suffisant ?

La réponse est surement plus simple qu’elle n’en a l’air. Peut-être tout bêtement car on ne nous l’a jamais dit. Peut-être tout bêtement car lorsqu’on tape « bel homme » dans notre moteur de recherche, on tombe sur ça :

Capture d_écran 2017-10-20 à 09.26.23

Et que la même recherche pour les femmes est tout aussi déprimante :

Capture d_écran 2017-10-20 à 09.27.35

Alors bien évidemment que toutes ces personnes sont belles mais elles ne représentent qu’un seul et unique type de beauté. Le seul que l’on considère réellement aujourd’hui. Aux Etats-Unis, seulement 3% des postes de décisions dans le monde des médias, sont tenus par des femmes et les 97% d’hommes restants correspondent plus ou moins au même profil.

Loin de moi toutes les idées relatives à diverses théories du complot. Ce que j’essaye de pointer du doigt est le fait que cet « idéal » de beauté n’est en fait que celui d’une partie de la population. Et oui, en effet, on en est aujourd’hui inondé car c’est celui de la partie visible de la société mais nombreuses sont les personnes à essayer d’avoir un impact positif et à changer cette vision unique de la beauté.

On blâme d’ailleurs souvent la « société » pour toutes les difficultés (bien réelles) auxquelles nous devons faire face, que ce soit dû à notre sexe, notre couleur, ou plus largement notre physique.  Le fait est que nous sommes la société et que nous avons tous le pouvoir de faire évoluer les choses. Je me doute bien de la position privilégiée dans laquelle je me trouve pour tenir ce discours, je suis blanche, née à Paris et plutôt fine. Les critères jouent en ma faveur mais ce n’est pas pour autant que je les accepte et les défends, bien au contraire.

Le chemin vers l’acceptation de soi et la confiance est long et douloureux. Beaucoup trop douloureux pour un très grand nombre d’adolescents et de jeunes adultes. Troubles du comportement alimentaire, dépression, baisse de l’estime de soi, sentiment de solitude, découlent bien trop souvent de cette comparaison perpétuelle à un type de beauté particulier. Alors certes, apprendre à s’aimer et à être bienveillant ne résoudra pas tous les problèmes du monde, mais tout comme l’insulte peut en briser, la bienveillance peut sauver des vies.

Le sujet que j’aborde aujourd’hui est si complexe que je n’aurais probablement pas assez d’une vie pour tenter de l’étudier et de le comprendre dans sa totalité mais c’est très loin d’être mon but. Je pense que le message que j’essaye de faire passer au travers de ce billet est d’être soi et de s’aimer non en dépit de ce que l’on est mais justement car nous sommes uniques, et donc forcément un peu différent.

Et puisque je m’intéresse au monde du sport et défends l’idée d’un mode de vie équilibré, j’aimerais ajouter cette citation que j’affectionne particulièrement : « Healthy looks different on everybody ». Je suis régulièrement choquée par certains commentaires sous les publications de “fitgirls” : “comment tu peux faire autant de sport et être ronde ?”, « t’es trop mince, t’as surement aucune force », « t’es trop musclée c’est pas féminin » etc etc etc.

Il n’y a pas un modèle unique de corps sain, sportif ou musclé.

Le physique est principalement le résultat de l’alimentation ainsi que de l’activité sportive et je pense qu’être sain de corps et d’esprit c’est trouver l’équilibre qui nous correspond pour chacun de ces deux facteurs. Je pense sincèrement qu’avoir un mode de vie sain c’est prendre pleinement conscience de notre corps, et que le physique qu’il nous faut est celui dans lequel on est bien, tout simplement. La comparaison avec autrui peut, dans cette idée, rapidement devenir stérile, voir néfaste. En effet, il est tout simplement frustrant de désirer le corps d’une coureuse si notre passion est le Crossfit (par exemple).

Soyez vous, revendiquez vous.

Oui, c’est plus facile à dire qu’à faire mais c’est l’unique façon d’attirer les bonnes personnes et les bonnes opportunités dans votre vie. Lancez-vous, jetez-vous dans le vide ; c’est après tout la seule façon d’apprendre à voler.

J’ai passé 3 bonnes heures devant mon ordi à me demander si je pouvais ou non poster cette photo. Si c’était « trop », si c’était choquant, si ça me rangeait directement dans la catégorie « fille facile ». Je me suis également demandé si cette photo ne brouillerait finalement pas le message de cet article en prônant un type de physique particulier. Ce n’est pas du tout mon intention. Ce corps c’est le mien et il y a tout un tas de choses qui me font complexer mais c’est mon corps, celui que je tente de respecter et d’aimer et c’est exactement ce que j’espère vous pousser à faire, alors je suis mes propres conseils et j’ose, malgré la peur du jugement. 

Rappelez-vous que nous nous regardons avec un regard critique que l’on ne pose que très rarement sur quelqu’un d’autre. Aussi, vous ne vous voyez pas tels que les autres vous perçoivent. Le monde est souvent plus bienveillant que ce que l’on croit, le problème est que la bienveillance est majoritairement silencieuse tandis que la haine a besoin de s’exprimer pour exister. J’essaye, de mon côté, de féliciter les gens quand j’en ressens l’envie et de faire des compliments, si je les pense sincèrement. Je n’y arrive pas toujours. A vrai dire, je n’y arrive pas la plupart du temps. J’ai l’impression de ne pas avoir mon mot à dire, de ne pas être légitime ou de mal dire les choses mais au fond, qu’importe la forme, témoigner son soutien est toujours apprécié par la personne qui le reçoit.

Pour finir par une phrase pseudo-profonde et un peu cucul la praline :

Apprenez à voir la beauté partout où elle se trouve, peut-être en commençant par regarder dans le miroir ?

Tu vois, tu es à couper le souffle.

 

Photoshttp://oliverinthehouse.com

A regarder : Miss Representation, & The Mask You Live In, Jennifer Siebel.

 

Zoé.
Posted by:Zoé Vilan

Parisienne de 20 ans, anciennement fumeuse et reine des dispenses d'EPS, nouvellement passionnée par le sport et tous ses aspects. J'aime courir, nager, faire des pompes et transpirer (mais ne me parlez pas de tractions !). Je privilégie l'effort au résultat et vois le sport et la nutrition comme un moyen d'être bien dans son corps et dans sa tête, sans obligations ni privations.

Une réponse sur « Image de soi et confiance en soi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s