La blessure, chez le sportif quel qu’il soit, fait souvent mal bien au-delà des dégâts physiques qu’elle entraine. Etre blessé rime malheureusement, dans la plupart des cas, avec arrêt forcé. Et oui, en effet, ça peut être très sympa de s’arrêter de temps en temps mais y être forcé l’est tout de suite moins. Ce repos, nécessaire au corps, s’avère souvent être un gros coup dur pour le moral ; ainsi que pour le mental.

Comment gérer cette frustration ? Comment faire de cette convalescence une période bénéfique pour le corps comme pour l’esprit ?

Je ne sais pas si vous le savez mais, étant blessée à la jambe droite (je vous expliquerais très certainement le pourquoi du comment dans un autre article), je ne peux plus courir depuis pres de deux semaines et ce jusqu’à une date pour l’instant indéterminée…Encore 10j si j’ai de la chance, peut-être jusqu’à un mois si ce n’est pas le cas.

En quelques mois, la course à pied est devenu mon échappatoire. Courir m’aide à réflechir, à mettre au clair certaines situations, à me rapprocher de mes sensations, de mes sentiments, ou encore à me vider la tête. Je cours quand je suis triste, je cours quand je suis énervée, je cours quand je suis heureuse, frustrée ou perdue.

Courir est bien plus qu’un sport pour moi, c’est ma thérapie.

Voilà donc les petites habitudes que je tente de mettre en place durant ma période d’arrêt forcé et qui, selon moi, peuvent nous aider à tirer beaucoup de positif de cette expérience (pas si positive que ça).

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.15.40Bouger autrement

84e05c23c08eaef00f26ee87fa502a49Si votre blessure (et votre médecin) vous le permet, n’hésitez surtout pas à vous dépenser autrement. Ouvrez votre horizon à de nouvelles pratiques, vous pourriez être agréablement surpris. La pratique d’un nouveau sport, ou d’une nouvelle activité, ne remplacera surement pas celle dont vous êtes privé, les sensations ne seront probablement pas les mêmes mais le manque sera moindre (merci les endorphines). Ne cherchez pas nécessairement la performance, mais d’avantage le plaisir de bouger, de se dépenser. Le vélo, la natation et le yoga peuvent être des alternatives intéressantes à la course à pied par exemple.

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.15.50Profiter de l’extérieur

466f85e5b20130b607826eaff0b4aa0aCe conseil s’adresse principalement aux coureurs mais je pense qu’il peut faire beaucoup de bien à n’importe quel sportif. Courir est une bouffée d’air frais, au sens figuré certes, mais également au sens propre. A moins que vous soyez un coureur sur tapis à plein temps (si c’est le cas vous êtes pour moi un mystère) courir c’est un moyen de sortir, de se déplacer, de voir autre chose que les quatre murs de son bureau ou de son appartement alors sortez. Prenez l’air au moins une fois par jour. Faites des randonnées si vous le pouvez, baladez-vous ou asseyez-vous sur le banc en bas de chez vous si c’est l’unique déplacement que votre blessure vous permet mais donnez-vous cette opportunité de vous vider un peu la tête, ça fait beaucoup de bien.

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.15.59Organiser ses journées

1f5d3Faire du sport ça prend du temps. Ne plus faire sport donne du temps. Logique, non ? Oui, sauf que quand on est blessé, ce n’est pas nécessairement du temps dont on veut et l’on peut parfois avoir l’impression de gâcher nos journées. Un petit changement d’organisation s’impose. Allouez ce temps libre à une nouvelle activité : lecture, cinéma, famille, amis, cuisine, peu importe. Le simple fait de prévoir quelque chose vous donnera tout de suite moins l’impression qu’il manque quelque chose dans vos journées. Remplissez-les sans vous épuiser !

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.16.08Utiliser son temps à bon escient

23f1Ce conseil est finalement une suite assez logique au précédent. Utilisez un peu de ce temps pour faire toutes les tâches que vous repoussez depuis plusieurs jours, semaines, mois, années. Oui parce que passion procrastination c’est sympa un moment mais c’est très pesant. Que ce soit un rendez-vous avec votre banquière, un devoir ou encore vider le lave-vaisselle, faites-le, ça ira tout de suite mieux. Le sentiment d’accomplissement vous fera un bien fou ! Et puis je ne juge pas mais c’est un peu dégueu si vous n’avez pas vidé votre lave-vaisselle depuis des années …

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.16.16 Adapter ses habitudes alimentaires

emojipedia_1f96a-large_trans_NvBQzQNjv4BqqVzuuqpFlyLIwiB6NTmJwfSVWeZ_vEN7c6bHu2jJnT8« Food is fuel », bah ouais Toto mais si tu mets de l’essence tous les jours dans ta Fiat Panda pour la laisser au garage, crois moi qu’elle va finir par exploser. Et non, si on continue sur la métaphore de beauf ce sera pas une très grosse perte mais nous ne sommes pas des Fiat Panda alors adaptez votre alimentation. Se sentir bien dans son corps c’est dans la tête, dans l’assiette et dans les baskets (si vous saviez comme je suis fière de cette phrase). Les baskets sont au placard et la tête c’est une toute autre histoire mais apprenez à écouter vôtre corps et à répondre à ses besoins. C’est normal de ne pas avoir envie de la même quantité / du même type de nourriture au repos qu’après un leg day. Tenter de vous nourrir de manière à vous sentir bien dans votre corps.

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.16.24Dire bye bye à sa culpabilité

Donut_EmojiBeaucoup de sportifs, même blessés, se sentent coupables de ne pas s’entrainer. Ce sentiment de culpabilité peut se ressentir à deux niveaux : les performances sportives d’un côté, la nourriture de l’autre.

Pour ce qui est des performances sportives, oui, vous reviendrez probablement moins bon qu’au moment de votre blessure, c’est un fait. Et en effet, il faudra sans doute s’entrainer dur pour revenir à ce niveau mais vous y reviendrez et vous le dépasserez si vous prenez le temps de récupération nécessaire. Dites-vous que vous rechargez les batteries pour revenir encore meilleur et motivé comme jamais, respirez un grand coup et laissez partir cette culpabilité qui ne vous aide en rien.

Niveau nourriture ensuite, le fait de ne pas faire de sport incite beaucoup de personnes, surtout des femmes, à faire d’avantage « attention » à ce qu’elles mangent. Je me répète mais nourrissez-vous de manière à vous sentir bien dans votre corps ! Et si vous sentir bien c’est manger une pizza, mangez là. Le tout est vraiment de trouver un équilibre, et un régime alimentaire frustrant est loin d’être sain. Faites du bien à votre corps mais sachez écouter votre tête de temps en temps.

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.16.32Profiter

4-2-smiling-face-with-sunglasses-cool-emoji-pngBon, quand on se blesse on reçoit rarement des messages de félicitation et c’est vrai que ça pourrait paraitre insolite : « Fracture ouverte du tibia ? GE-NIAL ! Profite à fond » mais une fois que la blessure est là on n’y peut souvent plus rien alors pourquoi pas en profiter ? Tentez de voir cette petite pause dans votre activité comme un moment rien que pour vous. Un petit week-end à la plage ? Une séance de massage ? Ou tout simplement une grasse matinée le dimanche ?

Cette blessure peut finalement être une occasion de prendre les choses comme elles viennent pour une fois, d’apprendre à se faire du bien et à tirer du positif de chaque situation. `

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.16.40Préparer sa reprise

Apple_Emoji_Body_BuilderParce que oui il faut profiter mais on reste des sportifs ; transpirer, se lever aux aurores, au fond on aime un peu ça alors n’hésitez pas à préparer votre retour pour reprendre dans les meilleures conditions possibles ! C’est en effet le moment idéal pour faire le point sur sa pratique, ses motivations et futurs objectifs.

Prenez le temps qu’il vous faut et revenez en force

Je vous souhaite un très bon week-end, ptite pensée à tous les blessés.

ZOE.

Posted by:Zoé Vilan

Parisienne de 20 ans, anciennement fumeuse et reine des dispenses d'EPS, nouvellement passionnée par le sport et tous ses aspects. J'aime courir, nager, faire des pompes et transpirer (mais ne me parlez pas de tractions !). Je privilégie l'effort au résultat et vois le sport et la nutrition comme un moyen d'être bien dans son corps et dans sa tête, sans obligations ni privations.

2 réponses sur « BLESSURE : Comment gérer la frustration ? »

  1. Bravo pour ton article ! Une inspiration pour chacun. J’ai repris pour ma part la semaine dernière après 2,5mois d’arrêt! J’espère que tu reprendras ce moment si nécessaire pour certains comme nous de « libeté spirituelle » très bientôt . Je te le souhaite en tous les cas !
    Biz et à+ sur Insta😊

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s