1 an.

1 an déjà que j’ai arrêté de fumer. C’est fou ce que le temps passe vite.

Et sincèrement ? Qui l’eut cru ? Il y a toujours, dans un groupe de pote, le fumeur. Celui qui fume tout le temps, qui fume pour rien, qui fume pour fumer et qui aime fumer ; celui que l’on n’imagine même plus sans sa cigarette tellement elle en est devenu le prolongement. Le fumeur, il y a encore un an, c’était moi. Je ne m’étais sincèrement jamais imaginé arrêter de fumer, et ; lorsque l’on me demandait, je répondais en toute franchise que je n’avais même pas envie d’essayer d’arrêter ; peut-être un jour dans un futur hypothétique, quoi que, non, même pas. Et pourtant…Pourtant je l’ai fait.

A vrai dire, je l’ai fait et refait chaque jour depuis un an.

En effet, arrêter de fumer est un choix qu’il faut réitérer chaque matin au réveil, à chaque nouvelle situation qui se présente, à chaque envie qui fait surface. C’est aujourd’hui avec beaucoup d’émotion que j’écris cet article car, bien que je considère le combat comme plus ou moins « acquis » (avec beaucoup de guillemets) depuis déjà quelques mois, cette date symbolique me rappelle que je suis forte ; que je suis capable et que, quoi que j’en dise, j’ai pas un mental si bancal que ça.

Arrêter de fumer est bien souvent en haut de la liste des bonnes résolutions de l’année mais comme toutes les bonnes résolutions, il n’est jamais trop tôt pour s’y mettre, alors pourquoi pas commencer demain ? J’ai arrêté de fumer à l’occasion de la première édition du mois sans tabac qui se déroulera à nouveau tout au long du mois de Novembre. Arrêter est possible, pour tout le monde, je n’en doute pas une seule seconde. Cependant, c’est en effet très loin d’être évident. Je vous propose donc quelques conseils pour le faire dans les meilleures conditions possibles et s’y tenir.

Pas de secret, pas de formule miracle, seulement ce que j’ai pu tirer de ma propre expérience et de celle de mes proches.

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.15.40Le faire pour soi :

Tout part de là. Arrêter pour soi est nécessaire car c’est la seule et unique chose qui perdurera dans le temps. En effet, en arrêtant pour quelqu’un ou pour tout élément extérieur à vous, vous prenez le risque de vous remettre à fumer à chaque fois que les conditions changeront. Alors bien sur que le fait d’avoir des motivations externes aide énormément, mais je pense que la volonté doit avant tout provenir de nous même ; que c’est la clé de la réussite.

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.15.50Bien s’entourer :

Le faire pour soi oui, le faire tout seul non. Arrêter de fumer n’est pas facile, le manque peut se faire ressentir sous plusieurs formes et avoir autour de nous des personnes qui nous soutiennent dans notre arrêt, mais également de manière générale, peut-être d’un grand soulagement. Je ne vous dit pas de faire sortir tous les fumeurs de votre vie, pas du tout, mais sachez prendre tout le soutien que l’on vous offre.

Je pense sincèrement que je n’aurais pas réussi si je n’avais pas eu, à ce moment-là, des personnes absolument géniales dans ma vie. Arrêter seul n’est pas impossible mais je suis vraiment reconnaissante de ne pas avoir eu à le faire. Chaque petit « je suis fière de toi » prononcé me donnait la force de continuer alors si vous avez cette personne dans votre vie sur laquelle vous savez que vous pouvez compter, n’hésitez pas à lui en parler, à lui dire que que vous êtes désolé par avance pour toutes les sautes d’humeurs à venir et que vous allez avoir besoin de son soutien.

Ne soyez pas seul dans les moments difficiles. Et, si vous ne voyez pas vers qui vous tourner, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil sur les réseaux sociaux car oui, je pense sincèrement qu’il y a encore de l’entraide et de la chaleur humaine.

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.15.59Remplacer la cigarette par une autre habitude :

Vous pouvez voir et mettre en place ce conseil de 2 façons différentes :

La 1ere serait de trouver une habitude qui se substituerait à CHAQUE cigarette que vous auriez envie de fumer. L’idée est donc de trouver ce qui vous distraira le temps que l’envie passe. Dans ce cas, votre nouvelle habitude devra être quelque chose que vous pouvez faire à n’importe quel moment, dans n’importe quelle situation. Ma mère, qui a arrêté en même temps que moi, s’est, par exemple, mise aux chewing-gums (normaux, pas ceux avec de la nicotine). Elle mâche tout le temps c’est impressionnant mais cela fonctionne apparemment puisqu’elle fête également sa première année sans cigarettes.

La 2e option, celle que j’ai mis en place et conseille fortement, est de trouver une nouvelle habitude qui se substituerai au bien-être que nous procurait la cigarette de manière générale. Dans le premier cas, on substitue chaque cigarette, dans le second, on trouve un autre moyen de s’offrir ce que fumer nous apportait. Dans mon cas ce fut le  fait de pratiquer un sport, quel qu’il soit.

Je conseille d’avantage la 2e option dans la mesure où elle évite toute sorte de frustration. Nous n’avons plus besoin de la cigarette puisque cette nouvelle habitude nous procure davantage. Après, coupler ces deux méthodes peut être intéressant au tout début, le temps du sevrage physique.

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.16.08Utiliser le kit GRATUIT du #MoisSansTabac :

Non je ne blague pas, utilisez-le. Vous pouvez le commander ou aller le récupérer en pharmacie. Celui de l’année dernière contenait un calendrier et des encouragements chaque jour du mois. Ca peut sembler ridicule, mais tourner la page chaque matin et lire ces petits mots d’encouragement m’ont énormément aidé.

De plus, c’est grâce à ce calendrier que j’ai appris que chaque envie de fumer durait 2mn maximum et c’est surement le fait qui m’a le plus aidé à tenir sur le long terme.

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.16.16Lister les raisons pour lesquelles on souhaite arrêter :

Ecrivez noir sur blanc les raisons qui vous poussent à arrêter de fumer, collez votre liste en face de votre bureau, prenez la en photo et faites en votre fond d’écran s’il le faut. Faire une liste est quelque chose que je n’ai pas fait et que j’ai regretté. En effet, dans les moments les plus difficiles, il est nécessaire de se rappeler pourquoi l’on a fait le choix d’arrêter de fumer pour ne pas craquer.

Avoir une liste physique (pas uniquement dans votre tête) vous rappellera que ce n’est pas qu’une idée en l’air, que ce combat compte pour vous, qu’il est réfléchit.

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.16.24Savoir ce qui nous attend :

Je crois que c’est de tous, le conseil le plus important. Préparez-vous au fait que ce sera difficile. Beaucoup de gens se remettent à fumer car « c’était trop dur », évidement que ça l’est, et ça l’est très longtemps, mais c’est faisable, ça fini par passer et ça en vaut la peine.

Sachez ce qui vous attend et soyez sur que vous pouvez le surmonter :

L’envie, le manque, des insomnies, la colère, la tristesse parfois, les rêves où l’on fume, la tentation, le stress, le besoin de mettre quelque chose dans sa bouche, l’envie de suivre tout fumeur dans la rue ne serait-ce que pour respirer sa fumée, les migraines.

Voilà toutes les choses que vous pouvez avoir à traverser, peut être plus, peut être moins, chacun réagit différemment mais quoi qu’il arrive attendez-vous à ce que votre inconscient se défende.

Vous avez depuis des années une habitude que vous assimilez à du bien-être, votre corps est accroc certes, mais votre tête l’est souvent bien plus encore. C’est réellement un combat contre vous-même au cours duquel votre inconscient vous jouera beaucoup de tours. J’ai rêvé pendant des mois et des mois que je fumais à nouveau et vous n’imaginez pas le nombre de fois ou je me suis retrouvée en train de négocier une cigarette avec moi-même. J’ai failli me laisser convaincre un bon nombre de fois que fumer n’était pas mauvais pour la santé ou n’allait avoir aucun impact sur ma pratique sportive. C’est effrayant parfois de se rendre compte combien l’esprit humain est puissant mais c’est magique lorsque l’on apprend à le contrôler ; et vous en êtes capable.

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.16.32Prendre la décision d’arrêter :

Une fois que vous savez que qui vous attend, il ne vous suffit plus qu’a prendre la décision d’arrêter.

Si vous savez que ça va être difficile, si vous vous préparez à devoir vous battre contre vous-même et prenez la décision d’arrêter en connaissance de cause alors je pense réellement que vous avez parcouru 90% du chemin car après tout, qui peut craquer si ce n’est-vous ?

Vous faites le choix d’arrêter de fumer tout comme vous allumer une cigarette est un choix à vous de décider celui qui en vaut le plus la peine et de vous y tenir.

On m’a souvent demandé comment je faisais pour ne pas avoir envie de fumer en soirée ou lors d’apéro par exemple, le fait est que j’en avais envie, et que vous en aurez probablement envie également mais une fois que la décision est prise il ne tient qu’à vous de l’appliquer.

Chaque envie de fumer dure environ 2mn. Chosissez de tenir le coup. Sachez que vous êtes bien plus forts que ces 2 pauvres minutes de torture (oui oui c’est vraiment loin d’être marant parfois).

Capture d_écran 2017-10-27 à 11.16.40Pratiquer la respiration abdominale :

Je ne sais pas si c’est juste moi ou si ça a réellement un impact mais vous ne perdez rien à essayer. Au lever, à chaque envie de cigarette et juste avant de m’endormir je pratiquais la respiration abdominale (respirer avec le ventre) et cela m’a permis de me détendre, de laisser passer l’envie de fumer en me focalisant sur moi-même par le biais de ma respiration.

Capture d_écran 2017-10-31 à 20.08.45Faire attention à son alimentation :

Avant d’arrêter de fumer j’avais demandé à mon médecin si j’allais grossir, car oui, ca me titillait beaucoup. Il s’avère que l’arrêt de la cigarette ne nous fait en réalité pas prendre plus d’un ou deux kg (parce que notre cœur se remet à battre à un rythme normal ou quelque chose dans le style). Les prises de poids suite à l’arrêt de la cigarette sont en fait liées au besoin que l’on ressent de toujours se mettre quelque chose dans la bouche. On passe donc souvent par une phase de grignotage compulsif et se voir prendre du poids peut nous pousser à recommencer à fumer afin d’éviter de continuer à grossir.

Si la prise de poids est quelque chose qui vous fait peur, faites simplement attention à votre alimentation. Demandez-vous si vous avez réellement faim, hydratez-vous suffisamment et grignotez sainement si nécessaire.

Capture d_écran 2017-10-31 à 20.08.56Se mettre en apnée quand un fumeur passe :

Ok, ce conseil semble un peu extrême mais le mettre en application m’a énormément aidé alors je le partage tout de même avec vous. Lorsque l’on arrête de fumer, on a tendance à « suivre » les fumeurs afin de s’enivrer de leur fumée. Evitez à tout prix de mettre en place ce mécanisme qui ne fait qu’augmenter votre frustration et maintient votre addiction. Dans les situations où de la fumée de cigarette vient vers vous, mettez-vous en apnée le temps que ça passe, c’est discret, personne ne le remarquera et ça m’a réellement aidé à me défaire de mon addiction plus rapidement.

Et puis, rassurez-vous, on ne passe pas sa vie à devoir se mettre en apnée, l’envie de s’enivrer de la fumée des autres fini par se calmer, tôt ou tard.

Capture d_écran 2017-10-31 à 20.09.08Etre fier de soi :

Bon ça fait 11 mais celui-là c’est cadeau : félicitez-vous, soyez fiers de chaque envie que vous surmontez. De cette manière, vous vivrez votre arrêt de la cigarette de manière plus positive, vous vous rappellerez sans cesse que vous souhaitez le faire et qu’y arriver vous rend heureux.

Vous n’êtes pas obligé de subir votre arrêt, vous êtes déjà fort de commencer, c’est normal que ce soit difficile, c’est normal de penser que c’est insurmontable par moments, mais ne vous blamez pas, soyez juste fiers du chemin sur lequel vous vous engagez.

Je vous souhaite beaucoup beaucoup de courage, et je crois fermement et sincèrement en vous,

N’hésitez pas à partager vos conseils si vous en avez ! ♡

Zoé.

Posted by:Zoé Vilan

Parisienne de 20 ans, anciennement fumeuse et reine des dispenses d'EPS, nouvellement passionnée par le sport et tous ses aspects. J'aime courir, nager, faire des pompes et transpirer (mais ne me parlez pas de tractions !). Je privilégie l'effort au résultat et vois le sport et la nutrition comme un moyen d'être bien dans son corps et dans sa tête, sans obligations ni privations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s