Je n’avais absolument pas prévu de rédiger cet article. Encore moins après ce mois d’absence sur le blog. Et pourtant, me voilà en train d’écrire sur l’un des sujets les plus personnels qui soit. Je ne suis pas le genre de fille à m’épancher sur mes relations amoureuses, non pas que je sois contre, simplement que ce n’est pas naturel chez moi de parler de mon copain à ma famille ou à des connaissances. Très peu nombreuses sont les personnes à qui je me confie sincèrement et pourtant j’ai aujourd’hui envie de vous parler de ma dernière relation importante. Je vais surement paraitre rabat-joie en parlant d’une rupture un jour de saint Valentin mais ne vous en faites pas, à mon sens le fin mot de cette histoire est bel et bien l’amour.

14 fevrier

Je ne développerais pas le pourquoi du comment car, comme je l’ai dit, ça ne me ressemble pas. De plus, mon intention est avant tout le partage, l’entraide, et quelque part, peut-être redonner de l’espoir à des personnes se trouvant dans la situation que j’ai connue il y a quelques mois. Je pense également que cette histoire d’amour et cette rupture font de moi la personne que je suis aujourd’hui et ont complètement changé ma pratique sportive ainsi que ma vision de la vie de manière générale, d’où mon besoin de m’exprimer à ce sujet ici.

Je l’ai rencontré à la fin de l’été 2016, on s’est plu tout de suite et on s’est réellement aimés. L’écrire me donne les larmes aux yeux car j’ai tendance à l’oublier mais on s’est sincèrement aimés, du plus bel amour qui soit. Je n’ai jamais connu quelqu’un de plus honnête, de plus vrai que lui et à ses côtés j’avais l’impression que la vie reprenait des couleurs; de magnifiques couleurs. Ce n’était pas le genre d’amour qui vous enferme, mais au contraire celui qui vous ouvre au monde, qui vous fait voir la beauté partout où vous ne preniez même pas le temps de regarder ; c’est du moins la manière dont je l’ai vécu. Cette histoire s’est terminée, contre ma volonté, et j’ai dû faire face à l’une des périodes les plus difficiles de ma courte vie.

Je ne comprenais pas qu’il puisse partir alors que moi je l’aimais tant et ne me voyais pas sans lui. Je ne comprenais pas qu’il puisse me quitter par sms, sans explication après une telle relation. J’avais besoin de le voir et l’impression de devenir folle. Pendant plusieurs semaines je me suis même persuadée que j’avais inventé cette relation, qu’une telle fin n’était possible que dans une relation sans amour, sans respect et sans aucune considération pour l’autre. J’avais l’impression d’être nulle, de n’être rien. La douleur était si forte que j’avais besoin d’une explication logique à laquelle me raccrocher. J’avais besoin qu’il ne m’aime plus, j’avais besoin qu’il me traite de tous les noms, besoin qu’il ai rencontré quelqu’un d’autre, besoin qu’il y ai un coupable, quelqu’un que je puisse détester ou au moins quelque chose sur quoi me concentrer pour oublier la douleur que c’était de le perdre.

Il m’a fallu des mois et des mois avant de comprendre que je m’étais focalisée sur mon  propre point de vue. Peut-être qu’il y a eu des explications, peut-être que je n’ai tout simplement pas voulu les entendre. Il arrive que des histoires se terminent bien que les deux personnes aient toujours des sentiments l’une pour l’autre. Les relations humaines sont tellement complexes et fragiles. 9 mois plus tard, je pense que la leçon principale que je tire de cette rupture est que l’on voit et ressent toutes les choses de la vie de notre point de vue subjectif, ce qui nous parait logique ne l’est peut-être pas pour l’autre et nous exprimons l’amour, l’attention, l’affection de manière qui nous est propre. Le fait que l’autre n’exprime pas son amour de la même manière ne veut pas dire qu’il nous aime moins, moins bien ou mieux. Aussi difficile que ce soit, je me suis rendue compte que les gens pouvaient partir, sans prévenir, sans se retourner et peu importe combien ça fait mal j’ai compris que ça ne remettait pas en question notre capacité à être aimé pour qui l’on est. Je pense que malgré cette possibilité effrayante et douloureuse nous ne devons cesser d’aimer les autres et de leur dire tant qu’ils sont encore là. Je pense également que pour aimer il faut s’aimer soit même.

Oui, perdre cet homme fantastique a été atroce et ce serait mentir que de dire qu’il ne me manque pas. Evidement que j’ai encore des moments difficiles mais cette expérience douloureuse m’a finalement donné l’opportunité de prendre soin de moi et de commencer à m’aimer toute seule. C’est lorsqu’il m’a quitté que je me suis mise à courir et à faire du sport de manière plus régulière et poussée. Tout d’abord ce n’était que pour oublier combien j’avais mal. Puis, au fur et à mesure, je me suis rendue compte que j’avais attendu que l’on m’aime toute ma vie sans jamais faire l’effort de m’aimer moi-même, ma pratique sportive et mon mode de vie de manière générale a donc évolué en ce sens. Je n’ai jamais été plus en accord avec moi-même qu’aujourd’hui. Bien qu’il y ai encore énormément de chemin à parcourir, je sens que le premier pas a été fait et je suis confiante.

14 février

Certaines personnes vous quitteront, cela vaut pour tous les domaines de la vie. Ne vous laissez pas avoir par l’idée qu’il faut à tout prix reprendre sa vie comme si de rien n’était, comme si ça ne vous affectait pas, que vous étiez plus fort que ça. Accepter sa souffrance, la laisser s’exprimer est à mes yeux la réelle force. Au lieu de transformer cette douleur en haine de nous ou en haine de l’autre, il vaut mieux se dire que oui, on souffre, non, ce n’est pas drôle, non ce n’est pas facile mais cette douleur ne nous définit pas, le départ de l’autre ne nous définit pas non plus et il est peut-être temps de prendre du temps pour nous. Je ne sais pas si le temps guérit toutes les blessures, j’ai encore mal parfois quand je fais une blague qui l’aurait fait rire ou que je croise quelqu’un qui lui ressemble dans la rue mais je crois que le temps les apaise toutes.

Lorsque l’on perd quelqu’un mais que l’on se trouve soit même on est finalement gagnant. Se perdre pour l’amour de l’autre en revanche, ne mène à rien. Alors en ce jour de saint Valentin, si j’ai un message à vous faire passer c’est bien celui de vous aimer, aujourd’hui et tous les autres jours. C’est d’ailleurs sans doute le plus beau cadeau que vous puissiez offrir à ceux qui vous aiment sincèrement.

14 février

Alors bien qu’il ne soit plus mon Valentin, c’est le cadeau que je lui offre aujourd’hui, celui de m’aimer, de prendre soin de moi, de croire en mes rêves, je sais que c’est ce qu’il voudrait. Mais avant tout, c’est le cadeau que j’essaye de me faire au quotidien.

Prenez soin de vous, je vous envoie tellement d’amour,

Zoé ♡

 

Brassiere H&M – Short American Apparel
Posted by:Zoé Vilan

Parisienne de 20 ans, anciennement fumeuse et reine des dispenses d'EPS, nouvellement passionnée par le sport et tous ses aspects. J'aime courir, nager, faire des pompes et transpirer (mais ne me parlez pas de tractions !). Je privilégie l'effort au résultat et vois le sport et la nutrition comme un moyen d'être bien dans son corps et dans sa tête, sans obligations ni privations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s